Menu Menu

Exclusif – en conversation avec Mitzi Jonelle Tan et Erica McAlister

Nous sommes allés à l'événement Generation Hope: Act for the Planet du Musée d'histoire naturelle pour mettre en lumière les idées du militant anti-impérialiste pour la justice climatique et de l'entomologiste sur la crise climatique et sur la manière dont nous pouvons générer des changements positifs pour l'avenir de la Terre.

Mitzi Jonelle Tan est une militante philippine pour la justice environnementale. Elle est l'organisatrice et la porte-parole internationale de YACAP et un organisateur avec Les vendredis du futur MAPA. Sa mission est de dénoncer la nature multiforme de l’urgence écologique et de garantir que les voix des pays du Sud en particulier soient entendues, amplifiées et reçoivent de l’espace. Porte-parole forte de l'anti-impérialisme, de l'anticolonisation et de l'intersectionnalité de la crise climatique, elle s'engage à changer le système et à construire un monde qui donne la priorité aux personnes et à la planète, et non au profit, par le biais d'une action collective.

L'entomologiste Erica McAlister travaille au Musée d'histoire naturelle depuis plus de douze ans. Elle est la principale conservatrice des mouches et des puces (Diptères et Siphonaptères) et une ardente défenseure des insectes et de leur rôle dans la biodiversité. "Nous avons une planète et je l'adore", dit-elle à Thred. «Je suis donc très soucieux d'essayer de communiquer sur la manière dont nous pouvons mieux faire pour en prendre soin.»

 

Voir ce post sur Instagram

 

Une publication partagée par thred. (@thredmag)

Thred : Cela fait presque un an depuis notre dernière conversation lors de l'événement de lancement de Generation Hope. Quelles victoires l’activisme ou la science du climat ont-ils connu à cette époque ? Quelles pertes ?

Mitzi : L’une des plus grandes victoires doit être la finalisation du fonds pour les pertes et dommages lors de la COP28. Nous avons également vu le mouvement évoluer pour cibler les banques et les entreprises de manière beaucoup plus stratégique.

Je pense que le militantisme a beaucoup mûri.

De plus, de plus en plus de jeunes travaillent en étroite collaboration avec les communautés, notamment dans les pays du Nord, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années.

Erica: Nous voyons les gouvernements prêter beaucoup plus attention à ce que disent les gens. Au Royaume-Uni, nous avons désormais des comités sélectionnés qui écoutent les preuves que nous présentons et soutenons.
Nous avons enfin l’impression qu’ils prêtent attention aux choses que nous crions depuis des décennies.

Thred : Durant ces douze mois, il s'est passé beaucoup de choses. De quelles nouvelles façons pouvons-nous sensibiliser les gens à la gravité de cette situation ? Comment garder espoir ?

Mitzi: Ce n'est pas forcément nouveau, mais c'est quand même efficace :

Trouvez des moyens de communiquer sur la crise climatique de manière à la connecter aux gens et à les aider à reconnaître que ce qu'ils ressentent n'est pas faux.

Connectez-vous avec eux de manière à les amener à rejoindre le mouvement à partir d'un lieu d'autonomisation, car ils savent alors qu'ils ne sont pas seuls à le faire. Une autre chose qui est vraiment efficace, c'est l'implication des arts et de la culture dans le mouvement. Nous n’avons pas vraiment exploité ce public et je pense que c’est un très bon moyen d’élargir notre portée. Utiliser la créativité pour éduquer
sur ces questions peut encourager des personnes qui autrement auraient fermé les yeux à écouter.

Erica: Technologie! Utilisez votre téléphone pour prendre des photos, pour enregistrer des choses, pour aider la science en partageant toutes ces petites données qui sensibilisent. Il n'a jamais été aussi simple de faire passer le message. Nous sommes une masse connectée et il est important de le communiquer virtuellement car nous avons tous un rôle à jouer.

Thred : Une autre conférence des Nations Unies sur le changement climatique a également eu lieu. Que pensez-vous des résultats de la COP28 ? Plus précisément, pensez-vous que l'accord sur un fonds « pour pertes et dommages » destiné à indemniser les États pauvres pour les répercussions toujours plus graves du changement climatique est allé assez loin ?

Mitzi: L'argent promis n'est pas allé assez loin. L’argent que les gouvernements consacrent aux subventions aux combustibles fossiles est encore bien supérieur à ce qui a été consacré au fonds pour les pertes et dommages. Les priorités sont claires. Se pose également la question de savoir si cette somme sera effectivement versée aux personnes vulnérables, les plus touchées par la crise. Comment pouvons-nous garantir que l’argent circule dans cette direction ? Pourquoi cette victoire historique a-t-elle été entachée de lacunes et de promesses creuses ? Oui, ils ont appelé à une élimination juste et équitable des combustibles fossiles, mais ils ont donné suite à de nombreuses fausses solutions. Gardant cela à l'esprit, cette année, nous souhaitons garder un œil sur ce problème, garantir que nous obtiendrons le meilleur résultat possible et tenir les personnes responsables de tout retard dans les progrès. Nous souhaitons voir une meilleure inclusion des communautés autochtones et des femmes dans ces espaces ainsi que dans les processus d’élaboration des politiques.

Thred : La science est claire : nous avons besoin d’une action urgente et efficace pour réduire les menaces croissantes contre la biodiversité et la santé des générations actuelles et futures. Cependant, de nombreuses industries (principalement le charbon, le pétrole et le gaz) consacrent du temps et de l’argent à tenter de semer le doute sur les recherches examinant la crise climatique. Quelles stratégies ont été utilisées pour tromper le public et quel est l’impact de ces récits ? Et comment pouvons-nous nous informer sur la désinformation environnementale et résoudre ce problème pour l’empêcher de retarder les progrès plus qu’ils ne l’ont déjà fait ?

Erica: C'est une tactique déployée depuis longtemps. Cela a toujours été « distraire, distraire, distraire ». Nous devons évaluer la manière dont nous étudions cela et interrogeons le langage – les « faits » qui sont diffusés. Nous devons découvrir la vérité. La science est parfois compliquée et vous pouvez voir comment les gens parviennent à s’en sortir en truquant les informations et en les utilisant à leur propre avantage. Nous devons fournir aux gens les outils nécessaires pour reconnaître quand quelque chose est incorrect ou erroné.

Mitzi: Un exemple clé de ceci est la façon dont l'industrie des combustibles fossiles a inventé le terme « empreinte carbone » pour rejeter la faute sur l'individu. Pour nous faire croire que c'est nous qui sommes fautifs et que nous devrions nous sentir coupables. Cela nous laisse impuissants, car résoudre ce problème seul est une tâche impossible, ni accessible ni abordable. On est passé du déni pur et simple au greenwashing. Cela a été visible lors de la COP28, où ils ont déformé le discours pour donner l’impression qu’ils essayaient tout en continuant à faire avancer leurs projets d’expansion pétrolière. Ils disent une chose et en font une autre. C'est épuisant.

Erica: En tant qu'humains, nous sommes très confiants et par conséquent avons accepté ces mensonges sans nous rendre compte que nous sommes manipulés. Nous devons faire une pause, enquêter plus avant et retrouver notre pouvoir en tant que consommateurs. Il s'agit d'être curieux. Tellement curieux que vous continuez à demander jusqu'à ce que vous ayez éliminé les couches de tromperie.

Thred : Pourquoi la collaboration intergénérationnelle est-elle si importante et comment pouvons-nous la favoriser ?

Erica: Parce que nous vivons tous ici.

Nous ne pouvons pas nous ignorer, nous sommes dans le même bateau. Nous devons communiquer. Chaque génération a une telle variété de connaissances, d’attitudes et de perspectives à offrir. Nous devons partager cela, le transmettre et apprendre les uns des autres.

Mitzi, ta façon de voir les choses est vraiment utile parce que tu inclut parts dans le débat sur le climat, vous nous rappelez notre humanité dans la lutte pour sauvegarder l’avenir de la planète. C'est quelque chose que nous devrions tous faire, quel que soit notre âge.

Mitzi: Appeler les jeunes les « leaders de la révolution » nous a fait nous sentir vraiment isolés. Il y a tellement à apprendre des générations plus âgées et de l’histoire du mouvement, mais s’attendre à ce que nous « soyons le changement » ignore désormais cela et nous présente comme entièrement responsables. Il faut sentir que nous ne sommes pas seuls sinon nous ferons les mêmes erreurs. Réfléchir sur le passé nous permet de construire un avenir meilleur.

Thred : Plusieurs générations de peuples autochtones ont vécu – et continuent de vivre – en étroite collaboration avec l’environnement naturel. Ils protègent actuellement environ 80 % des zones de biodiversité de la planète. Les connaissances et pratiques autochtones sont essentielles à la protection de ces écosystèmes et à l’avenir des populations et de la planète. Que peut-on faire pour garantir qu’ils soient au cœur de l’action climatique et environnementale ?

Erica: Ici au musée, nous avons une collection de 80 millions de spécimens, dont une grande partie provient de régions où résident des peuples autochtones. Il y a beaucoup de données là-bas. Et les peuples autochtones collaborent au partage de ces connaissances. Nous devons donc les inclure dans la conversation.

Mitzi: Nous sommes liés.

La solidarité, ce n'est pas une personne qui tire l'autre vers le haut, c'est deux personnes qui se serrent la main.

C'est ainsi qu'on intègre les peuples autochtones, non pas en les mettant sur un piédestal, mais en reconnaissant qu'il y a beaucoup à apprendre grâce à la collaboration. Ils savent des choses que nous ignorons, et vice versa. Réunir ces perspectives est puissant car vous avez alors une vision très holistique et complète des choses.

Thred : Mitzi, est-ce que ça devient de plus en plus difficile ou plus facile de s'impliquer dans ce genre de travail ?

Mitzi : C'est plus facile dans le sens où davantage de gens savent désormais ce qu'est le changement climatique, ce qui signifie que nous n'avons pas besoin d'expliquer les bases et pouvons directement promouvoir la justice. De plus, de plus en plus de gens comprennent que nous ne sommes pas séparés du monde naturel, nous en faisons partie. C'est plus difficile dans le sens où il devient de plus en plus dangereux d'être militant. Partout dans le monde, nous sommes de plus en plus menacés, ce qui suscite la peur chez beaucoup d’entre nous. Et non seulement nous avons peur, mais à cause de l’inaction, nous nous sentons également encore plus désespérés. Ce qui me permet de continuer dans tout cela, c'est de continuer à communiquer avec les gens.

Être dans la nature me donne aussi beaucoup d'espoir. Cela me rappelle que c'est bien de se reposer. La Terre a des saisons de repos et des saisons de croissance. Nous y sommes connectés alors pourquoi ne pas faire de même ?

Thred : Comment pouvons-nous reconnaître et remédier aux dommages humains et environnementaux causés par les visions du monde coloniales alors que nous nous dirigeons vers un avenir juste et durable pour tous ?

Mitzi: Il y a deux ans, le rapport du GIEC affirmait que le colonialisme est une cause de vulnérabilité des communautés. Les visions coloniales du monde vous ferment. Ils vous détachent de la nature.

Être anticolonial, c’est revenir à la nature, revenir aux gens, voir que nous formons une seule planète, tous ensemble.

Voir l’impact du colonialisme sur l’environnement nous permet d’aborder la crise climatique car elle a des liens avec l’humanité et l’humanité est au cœur de tout cela. Être anticolonial, c’est ne faire qu’un avec les gens et avec la nature.

Thred : Comment pouvons-nous nous impliquer dans l’élaboration de politiques climatiques aux niveaux local et national ?

Mitzi: Le mouvement climatique est si vaste. C'est un écosystème d'approches différentes. Il ne s’agit pas d’une tactique ou d’une stratégie plutôt qu’une autre, c’est nous tous venant de tous côtés pour apporter le changement. Militants, scientifiques, décideurs politiques, nous avons tous un rôle à jouer. Vous pouvez commencer n’importe où, dans vos écoles, dans vos communautés, avec votre famille et vos amis. Tout cela correspond à un objectif plus vaste. Pour avancer, nous devons défendre la vision du monde selon laquelle nous sommes unis sur ce point, et que nos libérations sont liées les unes aux autres.

Erica: Tout le monde n'a pas envie de crier. Certaines personnes souhaitent travailler en silence. Il y a tellement de façons différentes de contribuer.

Canalisez votre niche, vos propres compétences uniques. Tout le monde a quelque chose à ajouter.

Thred : Comparée à la crise climatique, la sensibilisation à la perte de biodiversité est encore relativement faible. La biodiversité est cependant vitale : elle affecte nos vies de nombreuses manières, depuis la nourriture que nous consommons jusqu’à notre santé mentale et notre bien-être. Que pouvons-nous faire pour avoir un impact positif sur la nature ? Quelle est notre place dans les écosystèmes dont nous dépendons et quelle est l’importance de notre relation avec la Terre ?

Erica: Il y a de petits changements que nous pouvons apporter. L’un est plus compliqué.

Mitzi: Oui! Profitez du désordre que nous créons et du chaos dans lequel nous vivons. Vous n’êtes pas constamment obligé de maintenir la perfection. Permettez-vous de profiter de la beauté et de la diversité de ce qui nous entoure.

Accessibilité