Menu Menu

Pourquoi la pollution spatiale est-elle une menace pour l'avenir ?

L'exploration spatiale a bien servi l'humanité, offrant un moyen de prévision météorologique et une capacité à étudier le cosmos lointain. Cependant, notre passion pour la science a créé d'importantes quantités de déchets spatiaux.

Les débris spatiaux désignent tous les débris laissés dans l'espace par les humains.

Il est généralement composé de satellites en panne ou en fin de vie et de restes de fusées, entre autres. La plupart de ces objets sont en orbite basse terrestre, certains en orbite géostationnaire.

La pollution spatiale devient de plus en plus pressante car elle affecte les satellites actifs, l'ISS et l'avenir de l'exploration spatiale.

Les débris spatiaux peuvent voyager à des vitesses de plus de 15,700 XNUMX miles par heure, faisant même du plus petit morceau de débris un danger potentiel pour les satellites actifs et les engins spatiaux habités.

L'accumulation de débris spatiaux au fil du temps crée une cascade de collisions entre les objets - générant même PLUS débris et augmente le risque de dommages supplémentaires. Selon le ESA, il y a environ 36,500 10 débris de plus de XNUMX cm sur l'orbite basse de la Terre.

en temps réel montre que les principaux contributeurs de déchets spatiaux sont la Russie, les États-Unis et la Chine.

Ces pays sont à la tête de l'industrie. La Russie est actuellement en tête, avec 7,032 XNUMX corps de fusées et débris en orbite. Le premier exemple de débris spatiaux était le lancement de Spoutnik jusqu'à ce qu'il retombe sur Terre en 1958.

Dans un effort pour nettoyer les missions précédentes, la Russie a développé un arme anti-satellite faire sauter ses anciens satellites.

Au lieu de cela, cela a envoyé des milliers de débris plus petits en orbite, constituant une menace potentielle pour la Station spatiale internationale. Avec la croissance des missions satellites commerciales et gouvernementales, le nombre d'objets dans l'espace augmente rapidement.

L'utilisation croissante d'étages de fusée, qui sont jetés après une seule utilisation, contribue également à la croissance des débris spatiaux. Depuis 2021, il y a eu Satellites 7941 en orbite autour de la Terre.

Les entreprises privées jouent également un rôle dans la pollution de l'espace. Constellations de méga satellites font référence à un grand nombre de satellites déployés et fonctionnant en orbite terrestre basse pour fournir des services mondiaux de connectivité et de communication.

Ces constellations sont généralement exploitées dans le but de fournir des services Internet à large bande aux zones rurales, ainsi que d'améliorer les communications mondiales. Quelques exemples de méga constellations de satellites comprennent Starlink de SpaceX et de Projet Kuiper d'Amazon. La montée de ces constellations ne fait que contribuer à aggraver la congestion orbitale, encombrant le ciel.

Pourquoi exactement la pollution spatiale est-elle une menace ? La science a montré qu'au moins 80 tonnes de débris spatiaux finissent par retomber sur Terre chaque année, bien que la plupart soient incinérés lors de leur rentrée dans l'atmosphère.

Bien que les débris n'existent plus dans leur ensemble, les composés chimiques qui les composaient sont rejetés dans l'atmosphère. Ces produits chimiques réagissent ensuite avec les gaz à effet de serre, entraînant un appauvrissement supplémentaire de la couche d'ozone.

Quand il s'agit de son effet sur exploration de l'espace, l'ISS effectue régulièrement des manœuvres afin d'éviter les collisions avec des débris.

Avec l'augmentation du nombre de satellites lancés, la grande quantité de déchets spatiaux peut rendre difficile le lancement et l'exploitation de nouveaux satellites et engins spatiaux en orbite terrestre basse. En dehors de cela, les débris spatiaux sont plus susceptibles d'entrer en collision les uns avec les autres et de générer encore plus de fragments, aggravant encore le problème de la congestion orbitale.

Afin d'en savoir plus sur l'univers, des outils tels que des télescopes et des instruments sont développés pour étudier le cosmos. La congestion orbitale étant une menace, elle entraver les capacités de scientifiques pour faire ces observations scientifiques.

Par conséquent, la pollution spatiale ne fera que retarder ou, au pire, empêcher tout progrès scientifique et technologique.

Pour s'attaquer au problème de la pollution de l'espace, les pays travaillent ensemble dans le cadre d'accords et de forums internationaux.

Un exemple serait le Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNCOPUOS), qui élabore des directives et des meilleures pratiques pour minimiser la création de débris spatiaux et réduire les risques posés par les débris existants.

Les entreprises développent également des solutions et des technologies pour éliminer activement les débris de l'orbite terrestre. Des scientifiques du Johnson Space Center de la NASA ont mis au point un Véhicule d'enlèvement de débris actif autrement connu sous le nom de VRAD. L'ADRV évaluera le mouvement des débris et exécutera des calculs pour exécuter une manœuvre pour le capturer et le désorbiter.

Astroéchelle est une autre entreprise qui mène la course à l'élimination des débris spatiaux. La société utilise un bras robotique, ELSA-d, qui se fixe pour manœuvrer des satellites déclassés bas dans l'atmosphère terrestre afin qu'ils puissent brûler à leur rentrée.

D'autres solutions comprennent de nouveaux satellites conçus pour désorbiter en toute sécurité en fin de vie. Il est également prévu d'améliorer suivi des débris spatiaux pour permettre une meilleure évaluation et atténuation des risques afin de prévenir les collisions.

Accessibilité