Menu Menu

Les Émirats arabes unis utiliseraient de faux comptes pour défendre leur hébergement de la COP28

Sur Twitter et Medium, au moins 100 faux comptes affichent des sentiments positifs sur les Émirats arabes unis et leur position controversée en tant que pays hôte de la COP28. Les experts affirment que cela fait partie d'une campagne de popularité mal exécutée de l'intérieur.

Sultan Al Jaber, PDG du géant pétrolier d'État ADNOC, est un "allié dont le mouvement climatique a besoin", selon un tas de comptes d'activistes du climat apparaissant sur Twitter et Medium.

C'est loin du public mépris exprimé il y a quelques mois à peine, dans lequel le responsable de la politique mondiale d'Oil Change International, Romain Loualalen, a assimilé la position d'hôte d'Al Jaber à la mise en place d'un patron du tabac en charge des négociations pour un traité anti-tabac.

Comment alors les Émirats arabes unis ont-ils réussi à obtenir un soutien aussi spectaculaire des tenues écologiques malgré leur plans pour une expansion pétrolière record (et compromettante nette zéro) ? Ce n'est pas le cas, évidemment.

Un récent fil Twitter d'un expert qatarien des médias sociaux et de la désinformation, Dr Marc Owen Jones, offre une explication plus réaliste. Réfutant l'authenticité de plus de 100 comptes et 30,000 XNUMX tweets et articles de blog, il dresse le portrait d'un "grand effort d'astroturf multilingue" dirigé par les Émirats arabes unis pour promouvoir et défendre faussement Al Jaber.

Le preuve soutenir cette théorie est presque impossible à nier.

La grande majorité des comptes ont vu le jour par lots à trois dates spécifiques, les images de profil montrent presque exclusivement des personnes générées par l'IA ou des photos de stock, des modèles d'heures de publication définies et un langage générique apparaissent dans tous les domaines, et la grande majorité n'a pas d'autre présence sur Internet pour parler de.

Quelques oublis particulièrement amusants incluent un défenseur des droits de l'homme appelé @MahmudViyan, dont l'image d'affichage avait une annotation textuelle non recadrée indiquant "cette-personne-n'existe-pas-existe.com", et un scientifique spatial basé aux EAU, @FadelYael, dont la photo de profil est toujours traçable à un site de dentisterie esthétique.

Un article sur Medium intitulé "Pourquoi les militants pour le climat devraient donner une chance au sultan Al Jaber" est venu de Asher Siegel(maintenant Alena Smith), qui présente un image d'affichage de stock lié à l'invite de l'utilisateur : "beau Syrien à la gare".

Suivant de près l'activité des comptes en question, Jones a affirmé que des dizaines d'entre eux étaient simplement passés à de nouveaux noms d'utilisateur une fois son exposé sorti. "Celui qui a créé ce réseau est très conscient que j'ai tweeté ce fil parce qu'il s'est maintenant engagé dans une action d'évitement", a-t-il déclaré.

Al Jaber est pointé du doigt comme le principal suspect - car le motif de l'écoblanchiment parle essentiellement de lui-même - mais "l'attribution est très difficile", selon Jones. Sur la base de son expérience antérieure, il pense que nous voyons probablement le travail d'une société de communication stratégique pour le compte d'une personnalité ou d'un groupe au sein des Émirats arabes unis.

La région a également une longue expérience de ce genre de choses. En fait, Données Twitter entre 2018 et 2021 place les Émirats arabes unis parmi les pires contrevenants pour les opérations de médias sociaux soutenues par l'État après la Chine.

Qu'Al Jaber soit directement impliqué ou non, il semble que ce stratagème fantaisiste pour rallier les défenseurs de l'écologie n'aura fait que nuire davantage à sa cause.

Accessibilité