Menu Menu

La pression des employés voit Sam Altman réintégré à la tête d'OpenAI

Après avoir été évincé par les membres du conseil d'administration à la fin de la semaine dernière, Sam Altman devrait déjà être réintégré en tant que PDG d'OpenAI. Le magnat de la technologie doit remercier son personnel.

Eh bien c'est maladroit.

Repensez à vendredi dernier (17 novembreth), lorsque la nouvelle surprenante est tombée selon laquelle le PDG d'OpenAI, Sam Altman, avait été limogé par le conseil d'administration de l'entreprise.

Après avoir dirigé la première conférence des développeurs d'OpenAI une semaine auparavant, au cours de laquelle l'annonce historique de 'GPT" a été livré et présenté en démonstration par Altman lui-même, le co-fondateur de l'entreprise a été abandonner par des dirigeants pour ne pas avoir été « francs dans ses communications ».

Ce que cela signifiait exactement n'a jamais été clarifié en dehors des murs d'OpenAI, mais les ordres de marche d'Altman seraient de toute façon aussi éphémères qu'un nettoyage de jus.

Le drame d'entreprise qui s'est déroulé à la suite de cette annonce était franchement biblique, avec la quasi-totalité des 750 employés d'OpenAI. menace de démissionner pendant le weekend.

Cela a mis les rivaux de la Sillicon Valley en état d'alerte, car certains des meilleurs talents en matière de développement de l'IA se seraient retrouvés sans travail ni représentation du jour au lendemain.

Une fois que la carte inversée de l'Uno a été montrée et que les employés ont pris le dessus – ce qui n'a pas pris longtemps – le syndicat nouvellement formé a non seulement exigé qu'Altman soit renvoyé à son poste, mais aussi que des changements radicaux soient apportés au personnel du conseil d'administration. niveau.

Microsoft, un actionnaire majeur d'OpenAI, a fait preuve de solidarité avec les travailleurs mécontents et a appelé à un changement dans la « structure de gouvernance ».

Il a même proposé à Altman et à l'ancien président de l'entreprise Greg Brockman – qui a été licencié peu de temps après – des postes de direction pour un Recherche Microsoft sur l'IA programme du lundi (20 novembreth), ce qu'ils auraient accepté verbalement.

Néanmoins, la menace d’un exode massif du personnel a suffi à voir les revendications se concrétiser en quelques jours. Altman et Brockman ont maintenant officiellement repris le travail chez OpenAI, après avoir pratiquement eu le week-end libre.

Après avoir établi qui règne en maître dans tout ce scénario, le nouveau conseil d'administration d'OpenAI semble nettement différent.

Seul le scientifique en chef, Ilya Sutskever, reste, tandis que le co-fondateur de Quora, Adam D'Angelo, est recruté aux côtés de l'entrepreneur technologique, Tasha McCauley, et d'Helen Toner, directrice du Centre pour la sécurité et les technologies émergentes de l'Université de Georgetown.

Malgré l'implication de Sutskever dans les décisions du régime précédent, des négociations privées lui ont permis de rester.

"Je regrette profondément ma participation aux actions du conseil d'administration", Sutskever a tweeté. «Je n'ai jamais eu l'intention de nuire à OpenAI. J'aime tout ce que nous avons construit ensemble et je ferai tout ce que je peux pour réunir l'entreprise. Altman et Brockman ont répondu avec des émojis cardiaques.

Passif agressif ou authentique, à vous de décider.

En plus de montrer le pouvoir de syndicats de travailleurs bien construits, les montagnes russes d’OpenAI ont révélé par inadvertance à quel point Microsoft est intrinsèquement impliqué dans le tissu même de l’entreprise.

Non seulement le géant de la technologie a activement appelé à un changement de direction, mais il est également immédiatement intervenu pour sécuriser (et réaffecter) les deux membres les plus expérimentés d'OpenAI à la recherche dans un département interne. Microsoft pourrait-il désormais passer du statut d'investisseur à celui de propriétaire ?

Ne vous y trompez pas, « Altman va désormais prendre les commandes d'OpenAI depuis le perchoir de Microsoft », comme le déclare l'analyste financier Dan Ives.

Je ne pars pas putain !

Accessibilité