Menu Menu

La lutte pour sauver le manchot africain

Le manchot africain, « Spheniscus demersus », est une espèce emblématique originaire des côtes d'Afrique du Sud et de Namibie. Ces oiseaux charismatiques sont confrontés à une multitude de menaces, principalement dues aux activités humaines et au changement climatique.

Au siècle dernier, la population de manchots africains a chuté, les poussant dangereusement au bord de l'extinction.

Les activités humaines ont eu un impact profond sur les oiseaux et leur habitat. La surpêche, la pollution et les perturbations liées au tourisme comptent parmi les principales menaces. L'épuisement massif des stocks de poissons a obligé les manchots à lutter pour trouver suffisamment de nourriture pour se nourrir eux-mêmes et leurs petits.

La pollution, notamment les déversements de pétrole et les débris de plastique, continue de constituer une menace importante, entraînant souvent des enchevêtrements, des ingestions et des empoisonnements. De plus, le développement côtier et les perturbations dues aux activités humaines perturbent les colonies reproductrices, mettant ainsi encore plus en danger l'espèce.

Changement climatique a intensifié les menaces auxquelles sont confrontés les manchots africains. La hausse des températures de la mer et la modification des courants océaniques perturbent la répartition des espèces de proies, ce qui rend encore plus difficile la recherche de nourriture pour les manchots.

Les événements météorologiques extrêmes en Afrique du Sud, principalement les inondations et les tempêtes, ont dévasté les colonies de manchots et leur capacité à procréer. L'élévation du niveau de la mer a également menacé d'inonder les sites de nidification, obligeant les animaux à abandonner leurs aires de reproduction traditionnelles.

Les effets combinés des activités humaines et du changement climatique ont entraîné un déclin spectaculaire de la population de manchots africains. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (L'UICN), les manchots africains sont classés comme en voie de disparition, leur nombre ayant diminué de 99 % au cours du siècle dernier.

Aujourd'hui, il ne reste que 8,750 8 couples reproducteurs, répartis dans diverses colonies le long des côtes de l'Afrique du Sud et de la Namibie, soit un déclin de la population de 2035 % par an. On estime que d’ici XNUMX, l’espèce d’oiseau aura disparu si aucune mesure n’est prise.

Reconnaissant le besoin urgent d'actions de conservation, des organisations telles que BirdLife Afrique du Sud et la Fondation d'Afrique australe pour la conservation des oiseaux côtiers (SANCCOB) ont été à l'avant-garde des efforts visant à protéger les manchots africains.

Les deux organisations ont pris une action en justice contre la ministre sud-africaine des Forêts, de la Pêche et de l'Environnement, Mme Barbara Creecy, pour son incapacité à protéger adéquatement les habitats des manchots.

BirdLife Afrique du Sud et SANCCOB a intenté une action en justice contre le gouvernement, invoquant une immobilité négligente. Ils ont fait valoir que le gouvernement avait violé ses obligations en vertu des lois environnementales nationales et internationales de conserver la biodiversité et de protéger les espèces menacées.

La principale plainte contre la ministre est son incapacité à mettre en œuvre des fermetures biologiquement significatives autour des zones de reproduction des oiseaux. L'année dernière, le ministre a annoncé la poursuite des « fermetures provisoires » inadéquates autour des colonies de reproduction de l'île Dassen, de l'île Robben, de Stony Point, de l'île Dyer, de l'île Sainte-Croix et de l'île Bird.

Le ministère a refusé de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques de la part de chercheurs qui ont mis en évidence diverses recommandations y compris une méthode pour déterminer les délimitations des îles appropriées qui chercheraient à optimiser les avantages des fermetures aux manchots africains, tout en minimisant les coûts pour l'industrie de la senne coulissante pour petits pélagiques.

Les activités humaines et le changement climatique continuent de constituer des menaces importantes pour les populations de manchots, mais les actions juridiques et les efforts de conservation offrent un espoir pour leur survie.

Relever ces défis est essentiel pour garantir un avenir meilleur aux manchots africains et à la riche biodiversité des écosystèmes côtiers de la planète.

Accessibilité