Menu Menu

Comprendre le retard des taux d'entrée à l'université en Éthiopie

L’Éthiopie est actuellement confrontée à un défi de taille dans son système éducatif : des taux de réussite aux examens d’entrée à l’université extrêmement bas. Seuls 3 % des lycéens réussissent à réussir, ce qui entraîne une crise croissante dans le paysage éducatif du pays.

Dans le système éducatif éthiopien, les lycéens doivent réussir l'examen d'entrée à l'université du pays, connu localement sous le nom d'examen éthiopien du certificat d'entrée à l'enseignement supérieur (EHEECE), pour être admis dans les universités.

L'examen couvre un large éventail de matières telles que les mathématiques, les langues, les sciences, les sciences sociales et les sciences humaines. La majorité des étudiants qui échouent à ces examens ont souvent des perspectives d’avenir limitées, ce qui conduit à un cycle de chômage et de sous-emploi dans le pays.

Le taux de réussite scandaleusement bas de 3 % aux examens d'entrée à l'université révèle l'ampleur du défi auquel est confronté le système éducatif éthiopien.

Plusieurs facteurs y contribuent. L'infrastructure éducative du pays est loin d'être idéale, avec une pénurie d'enseignants qualifiés, des salles de classe surpeuplées et un manque de ressources nécessaires, en particulier dans les zones rurales.

Lors d'un point de presse à Addis-Abeba la semaine dernière, le ministre de l'Education Berhanu Nega a annoncé que sur les 845,288 27,000 étudiants qui ont passé les examens d'entrée à l'université, seuls 50 XNUMX ont réussi à atteindre la note de XNUMX % requise pour réussir. Cette lacune massive a été constatée au cours des deux dernières années, selon les rapports locaux.

Le manque de matériel de préparation complet et de conseils pour les étudiants est évident. Beaucoup n’ont pas accès à des cours de préparation, à du matériel d’étude ou à des systèmes de soutien adéquats pour les aider à réussir.

Selon UNICEF, les disparités économiques dans le pays jouent également un rôle important. Les étudiants issus de milieux défavorisés, qui constituent une grande partie de la population globale, se heurtent en premier lieu à des obstacles supplémentaires pour accéder à une éducation de qualité.


La réponse du gouvernement

Conscient de la situation désastreuse, le gouvernement éthiopien a lancé une série de mesures pour inverser la tendance et améliorer le système éducatif.

Le gouvernement travaille à la mise en œuvre d’une réforme éducative globale axée sur l’amélioration de la qualité de l’éducation et de l’accès aux ressources, en particulier dans les régions mal desservies. Des efforts sont déployés pour recruter et former des enseignants plus qualifiés et fournir du matériel essentiel aux écoles.

Le ministère de l'Éducation continue de revoir et de mettre à jour le programme pour le rendre plus adapté aux besoins du marché du travail moderne et garantir que les étudiants sont correctement préparés aux examens d'entrée à l'université.

En partenariat avec les secteurs privés axés sur l'EdTech, le gouvernement adopte la technologie pour améliorer les résultats éducatifs.

Les initiatives consistent notamment à fournir aux étudiants un accès à des ressources numériques et à soutenir des programmes d'apprentissage en ligne, en particulier dans les zones aux infrastructures limitées.

Pour remédier aux disparités économiques, le gouvernement travaille à élargir les programmes de bourses pour soutenir les étudiants issus de milieux défavorisés. Parallèlement, des partenariats public-privé sont étudiés pour améliorer les infrastructures et augmenter le nombre d'écoles disponibles.

Le système éducatif éthiopien se trouve à un tournant crucial, aux prises avec les défis posés par les faibles taux de réussite aux examens d'entrée à l'université. Les efforts du gouvernement pour réformer et améliorer le système éducatif sont louables, mais il est clair qu'il reste beaucoup à faire.

Un changement durable nécessitera une collaboration entre le gouvernement, le secteur privé, la société civile et les organisations internationales pour fournir une éducation de qualité à tous les étudiants éthiopiens, quel que soit leur milieu socio-économique.

Avec de la détermination et des efforts concertés, on peut espérer que l’Éthiopie pourra surmonter sa crise de l’éducation et favoriser une génération d’individus instruits, compétents et autonomes qui pourront conduire la nation vers le progrès et la prospérité.

Accessibilité